[Enquête IFOP] Près d’1/3 des français avouent avoir été addicts à un site de rencontres…

Les sites de rencontre sont de plus en plus nombreux et ils seraient même plus de 2000 pour faire face à une demande de plus en plus forte. Pour trouver l’homme ou la femme de sa vie, pour une histoire d’un soir, pour une relation adultère ou tout simplement pour tester, les raisons de s’inscrire sur un site de rencontre sont nombreuses.

Les applications de rencontre sont également de plus en plus utilisées par ceux qui veulent être connectés où qu’ils soient.

Selon une enquête réalisée par l’IFOP en partenariat avec LACSE en Janvier 2018, auprès d’un échantillon de 2012 personnes représentatif de la population métropolitaine âgée de 18 à 69 ans, 33 % des Français et 21 % des Françaises reconnaissent avoir déjà surfé sur des sites ou des applications de rencontre. Des chiffres en hausse constante par rapport aux précédentes études menées sur le sujet !

Mais plus marquant encore, près de 30 % des personnes avouent avoir été, ou être addicts à ces sites et applications de rencontre ! Pourquoi ? Comment ? C’est le fruit de cette étude !

séduire avec des sms

Les applications de rencontre très prisées des plus jeunes

Aujourd’hui, les jeunes sont des personnes connectées. A la fac, au travail, dans les transports en commun, en soirée, pendant leurs loisirs, ils ont toujours un œil sur leur smartphone. Les applications de rencontre sont donc pour eux une façon des plus simples de trouver quelqu’un pour une soirée et plus si affinités !

Toujours selon le sondage IFOP sur les pratiques et usages des Français sur les sites et les applications de rencontre, 36 % des hommes âgés de 18 à 24 ans et 37 % des femmes de 18 à 24 ans se sont déjà inscrits sur un site de rencontre.

Un chiffre qui monte jusqu’à 59 % pour la tranche d’âge des hommes de 25 à 34 ans !

frequentation site rencontre par tranche dage

Fréquentation des sites de rencontres par tranche d’âge

Pour trouver quelqu’un vite et facilement

Les mœurs évoluent rapidement et depuis quelques années, les sites et les applications de rencontre répondent à des besoins bien précis dont celui de trouver quelqu’un plus facilement et rapidement.

Les applications de rencontre permettre de se connecter n’importe où et n’importe quand par exemple et cela permet de choisir quelqu’un ou de parler rapidement.

Grace aux sites de rencontre et grâce aux applications, tout est disponible et à portée de main. Vous pouvez choisir la couleur de cheveux de votre futur partenaire, son caractère, la ville où il/elle habite et même sa situation professionnelle pour entamer une conversation avec une personne qui semble vous correspondre, ce qui n’est pas le cas dans la vraie vie.

Les sites de rencontre permettent également de trouver plus facilement des personnes pour une relation sexuelle d’un soir. Selon l’enquête IFOP, 72 % des hommes et 47 % des femmes reconnaissent avoir eu une relation sexuelle sans lendemain, juste pour une nuit ! Même si l’on savait que cette pratique de rencontre sans lendemain était chose courante dans certaines applications telles que Tinder ou Badoo, les chiffres révélés par l’enquête sont quand même très impressionnant.

relation sexuelle site rencontres

A propos des relations sexuelles sur les sites de rencontres

Plus frappant encore, une statistique issue de l’enquête affirme que 61% des utilisateurs ayant déjà eu partenaire grâce à un site ou une application de rencontre ont déjà retrouvé directement quelqu’un à leur domicile pour engager une relation sexuelle !

hook up culture site de rencontres

Pourquoi les sites et applications de rencontre sont-ils addictifs ?

16% des Français ayant déjà utilisé ce genre de sites et applications avouent avoir déjà eu l’impression d’en être addicts… Et 13% se vont déjà vu dire par des proches qu’ils l’étaient. Ce n’est absolument pas surprenant !

Les sites et applications de rencontre peuvent vite devenir addictifs et l’application Tinder en est la preuve. Elle fait en effet tout pour cela en enlevant au maximum le côté dating pour le rendre plus addictif tel un jeu.

Swiper, observer les profils devient un passe temps facile et rapide. Et chaque match est un boost émotionnel, une petite victoire, un pic de confiance en soi auquel on prend très vite goût !

Mais au delà de l’aspect purement technique, l’addiction aux sites de rencontres s’explique aussi, selon des chercheurs de l’université de Kansas aux Etats-Unis, par l’incapacité chronique, notamment chez les hommes, à reconnaître un profil flirtant avec eux dans un endroit public.

Cette incapacité à détecter les émotions féminines alimente le manque de confiance en soi chez les hommes les moins « habitués » au jeux de séduction, et renforce la peur de ne pas plaire et donc celle de « passer à l’action » dans la vraie vie. L’arrivée de sites de rencontres et applications telles que Tinder met fin à cette problématique.

Vous choisissez, tel un supermarché, les profils qui vous plaisent. Sans risque d’être envoyé boulé… Et si ça matche, vous savez que votre interlocutrice vous trouve attirant. La suite est donc plus simple !

addiction sites de rencontres

La question de l’addiction aux sites et appli de rencontre

Les résultats de l’enquête menée avec l’IFOP et l’interview de François Kraus

Pour avoir toutes les explications concernant cette enquête et pour en comprendre les résultats, nous avons invité François Kraus, directeur des études politiques à l’IFOP.

François, quelle est votre vision de l’évolution de la fréquentation des sites de rencontre ?

20 ans après le lancement des premiers sites, (en juin 1997), on constate que leur utilisation est de plus en plus répandue.

Plus d’1 Français sur 4, 26 % exactement, déclarent en 2018 s’être déjà inscrits au moins une fois au cours de leur vie sur un site de rencontre soit une proportion qui a plus que doublé depuis la première mesure dans l’Hexagone il y a une douzaine d’années !

C’était en 2006 par l’Ined, et le score à l’époque était d’environ 11 %. Nous voyons que l’usage auprès des personnes âgées de 18 à 69 ans a progressé de 7 points entre 2011 et 2018 et ceci aussi bien chez les hommes que chez les femmes.

evolution usage sites rencontres

Evolution de l’usage des sites de rencontres depuis 2006

Pourquoi selon vous les gens les utilisent de plus en plus ?

Parmi les principales raisons, il y a d’abord un effet de la généralisation de l’usage d’internet (+ 12 points entre 2011 et 2017) et de l’explosion du taux d’équipement des Français en smartphones (+ 56 points entre 2011 et 2017) et en tablettes (+ 40 points entre 2011 et 2017). C’est une variable importante puisqu’en 2006 lors de la première enquête, on devait avoir que 40 % des personnes qui étaient équipées en internet à leur domicile

Il y a aussi un facteur culturel qui fait que c’est de moins en moins honteux et de plus en plus admissible socialement d’aller chercher un partenaire amoureux ou occasionnel sur ce genre de plateforme.

Quel est votre analyse du côté addictif (sexualité, confiance en soi etc.) ?

Ce que montre l’enquête c’est que les sites de rencontre sont perçus par ceux qui l’ont utilisé comme des moyens de trouver beaucoup plus de partenaires que dans la vraie vie.

Concernant l’addiction, 30 % des personnes avouent l’avoir ressenti directement ou indirectement, mais l’on note aussi que cela touche plus certaines personnes comme les jeunes hommes âgés de 20 à 35 ans ou les homosexuels et les bisexuels qui sont des personnes qui utilisent plus ce genre de site.

profil des addicts sites de rencontre

Le profil des addicts de la rencontre

Pourquoi selon vous les hommes sont plus aptes à avouer qu’ils couchent facilement et pas les femmes selon les statistiques qui montrent un grand écart ?

On est là sur un effet classique des études sur la sexualité des Français qui montrent qu’il y a toujours une norme en matière de sexualité féminine qui fait que la sexualité féminine n’est admissible socialement quand elle s’inscrit dans un plan affectif et conjugal et qu’elle n’est pas un comportement purement individuel compulsif.

Les femmes ont tendance à omettre certaines expériences lorsqu’on leur demande si elles sont déjà sorties de cette norme parce qu’elles considèrent que c’est un risque en termes d’image et ont peur du stigmate de la fille facile qui est toujours un risque pour toute femme qui sortirait de cette norme.

 C’est quelque chose que l’on retrouve dans toutes les enquêtes.

En couple, qu’apportent ces sites ?

Le principal enseignement c’est que les sites de rencontre ne sont pas exclusivement réservés aux personnes célibataires. Comme le montre cette enquête, une forte proportion de personnes l’ont déjà utilisé alors qu’elles avaient déjà un partenaire régulier voire qu’elles étaient engagées dans une relation de couple.

On voit qu’il y a une anxiété sociale particulièrement nourrit par l’usage des réseaux sociaux qui se traduit par la crainte d’être empêtré dans une relation médiocre alors qu’on pourrait trouver une personne plus conforme à ses attentes.

Avec toujours l’idée qu’on peut trouver mieux sur les sites de rencontres ou les réseaux sociaux. Et on voit que chez les hommes notamment le maintien d’un profil sur le site apparaît comme un moyen de laisser la porte ouverte pour une rencontre avec une ou un meilleur partenaire, le tout dans la plus grande discrétion.

Ce qui est intéressant dans cette enquête, c’est que l’on a pour la première fois un chiffre assez choc : 41 % des hommes ayant déjà rencontré quelqu’un sur un site reconnaissent avoir continué à chercher un partenaire alors qu’ils étaient engagés dans une relation de couple.

Sites de rencontres et vie de couple

Sites de rencontres et vie de couple …

Naturellement il y’a un grand écart entre les hommes et les femmes car les femmes sont plus engagées dans les relations de couple et elles ont moins tendances à aller regarder ailleurs mais même elles, la proportion est de 22 % ce qui est loin d’être négligeable comme comportement.

Vos commentaires pour conclure :

Sur le fait que la fréquentation de ces plateformes est allée de paire avec une certaine démocratisation de leur clientèle, il faut comprendre qu’il y a une douzaine d’années, la première enquête montrait que c’était surtout quelque chose qui était pratiquée par les personnes diplômées etc. alors que désormais on voit que l’usage des sites de rencontres est aussi fort dans les catégories populaires que dans les catégories supérieures.

sites de rencontres pour toutes et tous

Les sites de rencontres … pour tou.te.s

L’idée que le site de rencontre est réservé aux personnes « haut de gamme » est fausse et l’enquête montre que c’est ouvert à tous.

On voit aussi que les minorités religieuses ou sexuelles sont assez investies sur les sites de rencontre car c’est un outil qui leur permet de trouver quelqu’un, ce qui est compliqué dans la vie réelle. On le voit notamment avec les homosexuels dont la quasi-totalité ont déjà fait l’expérience au moins une fois dans leur vie.

On le voit aussi pour les femmes notamment des minorités religieuses comme les musulmanes ou les juives et cela confirment d’autres enquêtes précédentes où l’on voit que les sites de rencontre étaient particulièrement adaptés aux minorités religieuses notamment musulmanes.

Mais pour moi la donnée la plus intéressante de l’enquête est le ratio entre relation amoureuse et relation purement sexuelle.

A l’IFOP comme ailleurs on a plutôt tendance à réduire les sites de rencontre dans la constitution de relations affectives et durables et ce que montre l’enquête aujourd’hui c’est que contrairement aux idées reçues les personnes déclarent plus avoir des relations amoureuses que des histoires d’un soir.

Cela est assez étonnant et dépend de comment est posée la question. Quand on pose la question comme nous l’avons fait dans cette enquête, il y a un gros décalage hommes femmes mais finalement il y a quand même une proportion plus forte de personnes qui ont rencontré l’amour sur un site de rencontre que du sexe et c’est quelque chose de nouveau et d’intéressant et que l’on ne rencontre pas toujours sur les sondages réalisés sur ce sujet.

Attention cela n’empêche pas qu’une grande partie des personnes nous disent que oui elles ont des relations sexuelles sans lendemain mais cela ne veut pas dire qu’il n’y avait pas d’amour ou d’investissement affectif.

Les résultats complets de l’enquête (téléchargeables)

Vous pouvez accéder au power point explicatif des résultats en cliquant ici.

Quel futur pour ces applications : votre avis nous intéresse !

Faites-vous partie de cette tranche grandissante de la population qui considère que les sites et applications de rencontre sont le futur du dating, ou à l’inverse le début de la fin des « vraies » relations ? Avez-vous rencontré votre partenaire actuelle en ligne ? Comment en parlez-vous ? Pensez-vous que ces sites et applications sont un frein à la création de relations amoureuses durables ?

Faites-vous entendre en commentaires !

Commenter